Le train pour Samarcande

Publié le par Maxime Jobin

Livre québécois
Auteure
: Danielle Trussart
Note : 8/10
Éditeur : VLB
Parution : 2008
Nombre de pages : 230 pages

Présentation de l'auteur

Née à Montréal, Danielle Trussart vit maintenant à Baie-Saint-Paul où elle partage le meilleur de son temps entre l’écriture et la peinture. Elle a publié quelques nouvelles, dont certaines ont été primées.


Commentaire

Le train pour Samarcande c’est l’ultime histoire de Blanche, une femme qui attend et se prépare à vivre son grand départ. Alors qu’elle fait de l’ordre dans ses placards, par peur de ne pas avoir fait sa part, et pour laisser une trace qui la fera peut-être vivre quelques années de plus encore, ses idées, elles, s’entremêlent. Elle rassemble ses comprimés dans un seul pot, confondus comme s’il s’agissait de simples dragées. Les murs de sa maison deviennent le papier sur lequel elle écrit ses mémos. Mais elle se rattache férocement aux choses du passé et du présent. Elle continue à tenir ce registre où elle note ses observations sur le monde extérieur et construit de toute pièce des histoires pour ses morts. Le soir, elle épie les couleurs qui se battent pour une place sur la toile d’Ariane, sa voisine. Blanche regarde passer les gens du village, revoit des tranches entières de sa vie, mais, surtout, attend son train, le dernier, celui pour Samarcande.

Parce qu’on a l’impression de prendre le train en lisant le livre de Danielle Trussart, on ne peut déjà que la féliciter d’avoir donné une vie au titre de son roman. Pendant que le lecteur se transforme lentement en  passager, les pages, elles, se préparent à défiler, comme les arbres bordant les rails du chemin de fer bientôt emprunté. Les premières semblent sans intérêt, « tracées au fusain.» Mais attendez un peu d’avoir quitté la ville, et de longer les champs. Après un moment, vous aurez cette étrange sensation de percevoir à travers les mots de l’auteure les grandes étendues que l’on aime tant fixer lors de trajets en train. Ce ne sera ni excitant, ni captivant, mais simplement doux et enveloppant. Vous savourerez la beauté des lettres comme vous le feriez pour celle s’offrant à vous derrière la vitre de votre wagon. Et le temps sera  vapeur, plus que jamais relatif.

Lorsque je parle des premières pages comme de quelque chose de terne, c’est que j’ai débuté ma lecture en pensant m’attacher aux personnages. Mais j’ai rapidement dû regarder ailleurs, car j’y voyais bien peu de ce que j’attendais d’eux. Pas d’originalité, pas de saveur. Sauf Blanche,  parce qu’elle porte tout le reste, les autres personnages ont rapidement formé dans mon esprit une immense boule de pâte opaque. Ils me semblaient, outre peut-être Ariane, Mélodie et Jeanne d’Arc, tous identiques. Liés par leur folie, ils n’étaient qu’une seule et même personne et cela me décevait. D’un aussi grand nombre de personnages, j’aurais voulu voir plus de différences, et non seulement différentes teintes d’une même couleur.

La beauté des réflexions et l’éclat des mots, voilà ce qui, vraiment, m’a rattaché au roman. J’ai saisi que l’intérêt du Train pour Samarcande ne résidait pas dans son histoire ou ses personnages, mais bien dans les réflexions qu’il proposait sur plusieurs thèmes : la religion, la vieillesse, la complicité, l’art, la nature, le temps, la mort des autres, notre mort… Plusieurs idées m’ont frappée. « Nous nous fabriquons une vie minuscule à l’intérieur de l’autre, déjà tellement courte, comme si le reste n’existait pas.» Les descriptions, qui parfois peuvent être longues et inutiles, m’ont dans ce cas semblées fortes et explosives, en particulier lorsqu’il était question des couleurs d’Ariane. « Qu’elle regarde la dizaine de couches se superposant pour modifier le rouge du départ. Il tire sur l’orange de ce côté, sur le violet ici. Il se creuse, le rouge, il se gonfle, il vit. Il jaillit comme le sang de la veine tranchée. Il jaillit comme la lave s’échappant avec fureur du volcan. Il frémit, il tremble, il s’enrage, ce rouge-là. Il brûle, il implore, il exige, il dévore tout sur son passage.» Ce sont ces idées et ces mots là qui m’ont fait apprécier l’œuvre de Danielle Trussart.

Donc, pour cette beauté que j’ai retrouvée dans le roman, je vous invite à prendre un billet pour Samarcande et à découvrir où cette cité se trouve. Faites gaffe, toutefois, à ne pas manquer le train!

Quatrième de couverture

« J'attends mon train en captant les clameurs du monde qui me parviennent déformées, en écho, comme le fœtus doit les percevoir à travers les pores de sa coquille. Je te rejoindrai bientôt, Florent, dans la blancheur de l'absence. »

Blanche a longtemps rêvé de marcher jusqu'au bout de toutes les routes. Pourtant, elle n'a pas souvent franchi les montagnes qui bordent sa petite ville natale de Baie-Saint-Paul. Aujourd'hui, à la veille du grand départ, elle vit comme sur un quai de gare. En attendant le train qui la mènera à Samarcande, elle range ses affaires et ses souvenirs, tout en parlant à Florent, son mari décédé, à qui elle donne des nouvelles du monde.

Le fil de ses pensées n'est interrompu que par de rares visites: sa vieille amie, Jeanne d'Arc, la travailleuse sociale qui la verrait bien dans un centre d'hébergement, et sa nouvelle voisine, la femme aux pinceaux.

Roman intimiste d'une grande profondeur, Le train pour Samarcande nous fait partager les derniers jours d'une vieille femme extraordinairement vivante, malgré l'imminence de sa mort. Blanche est drôle, curieuse, amère aussi parfois, mais toujours et surtout d'une grande humanité. Les lecteurs n'oublieront pas de sitôt le regard étonné et plein de compassion que Blanche pose sur le monde qui l'entoure, avant de le quitter.


Citations et extraits

« Qu’elle regarde la dizaine de couches se superposant pour modifier le rouge du départ. Il tire sur l’orange de ce côté, sur le violet ici. Il se creuse, le rouge, il se gonfle, il vit. Il jaillit comme le sang de la veine tranchée. Il jaillit comme la lave s’échappant avec fureur du volcan. Il frémit, il tremble, il s’enrage, ce rouge-là. Il brûle, il implore, il exige, il dévore tout sur son passage.»

« Le pape est toujours convaincu qu’il n’y a pas moyen de célébrer la messe correctement sans pénis. Comme si ça faisait partie de la liste des saints ustensiles!»

« J’ai toujours adoré les tempêtes, tu le sais. J’aimais me tenir, durant quelques minutes au moins, dans l’œil de la tourmente et me sentir comme une chandelle que le vent menace d’éteindre.»

« Il n’y a plus de sol sous ses pieds ni de ciel au-dessus de sa tête. Que du blanc. Du blanc partout. […] Mais la voisine, dans un halo de lumière, apparaît soudainement de nulle part et sort ses couleurs d’un sac de cuir qu’elle porte en bandoulière. Touche par touche, elle recrée le monde exactement tel qu’il était.»

« Elle souriait au monde entier. ‘’Vous voulez que je sourisse, ben m’a sourire, câlisse.’’»

« Mais qu’est-ce que le temps? Qui peut le dire? Une sorte de tapis roulant peut-être, comme dans les aéroports?»

« Alors, abandonnant aux autres filles les longues séances devant le miroir, elle avait renoncé, de peur que la coquetterie la rende ridicule. Elle avait finalement réalisé que l’on pouvait quand même sortir de chez soi simplement en ouvrant la porte. Comme le font les hommes, les enfants, les vieux, les chats et les chiens. Simplement en ouvrant la porte parce qu’on est en vie.»

« Quand tu te dépasses, tu te laisses forcément derrière, alors qui continue?»

« Nous nous fabriquons une vie minuscule à l’intérieur de l’autre, déjà tellement courte, comme si le reste n’existait pas.»

« Je suis née d’une femme triste. Ma grand-mère était mélancolique et rêveuse. Toutes les deux m’ont légué une vision du monde tracée au fusain.»

« Le temps polit les contours de la colère comme ceux du souvenir.»

______________________
Cette critique est aussi publiée sur La Recrue du mois, blogue qui, tous les 15 du mois, fait découvrir le premier roman d'un auteur québécois! Allez y lire les autres critiques de ce livre!

Publié dans Lecture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article