Atterrissage sur Paris

Publié le par Maxime Jobin

Il est 20h00. Ici. Quatorze pour ma tête encore québécoise. Les tramways passent devant la fenêtre de ma chambre d’hôtel à Paris. Je n’ai aucune envie de dormir, contrairement aux autres.

Le départ s’est bien déroulé. Comme toujours, un lot de stress pour pas grand-chose. Je suis arrivé dès 14h00 à l’aéroport, trop tôt pour mon vol de 19h35, mais au moins, pas en retard. Nous sommes tout de même arrivés juste à la porte d’embarquement, à cause des délais lors du passage à la vérification des bagages. Il y avait une file énorme. Le vol s’est déroulé sans anicroche et à 8h30 heure locale nous étions en sol européen. Il faisait -7°C, et les parisiens avaient froids. Je trouvais plutôt que le temps était doux et bon. Mais la mince couche de neige sur Paris me surpris tout de même.

Alors que nous pensions être les trois seuls accueillis par l’OFQJ, nous nous sommes en fait retrouvés avec une vingtaine d’autres étudiants ou stagiaires québécois dans un autobus voyageur. Ou plutôt un car, si je commence dès maintenant à m’habituer au langage du pays.  Arrivé à l’hôtel, nous avons fait connaissance, et les chambres ont été attribuées. Il fallait former des équipes de deux, mais puisque nous étions un nombre impair et qu’il semblait logique que Sabrina et Tatiana soient ensemble, je me suis retrouvé seul. Une bonne chose et une mauvaise à la fois, parce que pour se faire des amis là-bas, il faut commencer quelque part. Nous avons d’ailleurs rencontré deux autres personnes qui s’en vont à Lille pour étudier.

Puis nous avons marché dans Paris, accompagné de Guillaume, notre guide. Des rues typiquement parisiennes, mais aussi l’arène de Lutèce – là où Paris serait née – , le panthéon, Notre-Dame-De-Paris,  la maison de Victor Hugo… Revoir certains monuments et certains endroits m’a fait chaud au cœur et m’a rappelé de bons souvenirs. Je me suis souvenu à quel point j’aime Paris, et du coup j’ai eu très hâte de découvrir Lille. Nous avons terminé le tout dans une crêperie, où j'ai mangé une délicieuse crêpe au chocolat.

Ce matin, l’excitation n’y était pas. Ce soir, je peux dire qu’elle est revenue, même si je crois qu’une bonne nuit de sommeil s’impose pour la revigorer à fond. En espérant que le décalage horaire ne se fasse pas trop sentir. Demain, nous visiterons à nouveau Paris, puis, à 13h00, moi, Tatiana et Sabrina prendrons le train pour Lille. Valérie Nollet, que j’ai réussi à contacter, viendra aimablement nous accueillir à la gare de Lille. Je suis impatient de la rencontrer et de voir ma chambre.

En photos

Pour voir une photo en plus grand format, cliquer dessus. Dans l'ordre de présentation :
(1) Notre guide qui nous raconte l'histoire de l’arène de Lutèce et qui se prépare mentalement à englacer Sabrina avec une boule de neige.
(2) Toute la grandeur de Notre-Dame-De-Paris.
(3) Sabrina, Tatiana et moi devant Notre-Dame-De-Paris.
(4) Place des Vosges.

Publié dans Stage à Lille 2009

Commenter cet article

Venise 13/01/2009 01:28

J'y suis, avec toi. Merci de ce voyage des mots, des images. Quoi de mieux ? Un bon conteur, comme toi.
Aille -7 C ! Tu as dû te réchauffer la couenne !

Maxime Jobin 13/01/2009 08:26


Haha, c'était plutôt doux, en effet, mais tout de même, quand tu ne t'y attends pas, c'est un peu froid. ^^