Un peu de politique

Publié le par Maxime Jobin

Avec tout ce qui s'est passé dans les dernières semaines en matière de politique, j'ai presque honte de ne pas en avoir fait mention sur ce blogue. C'est que, voyez-vous, avec la fin de session, le temps me manque. Mais aujourd'hui je profite de l'avant-midi libre que j'ai pour me remettre dans le bain.

Commençons par ce qui est le plus près de nous, les élections provinciales et plus spécifiquement leur résultat. Évidemment, vous connaissez mes allégeances politiques, le meilleur scénario pour moi aurait été un gouvernement majoritaire péquiste. Il faut dire que je n'avais pas espoir non plus. C'est plutôt les libéraux qui seront majoritaires. Bon. Le "moins pire" scénario, c'était qu'ils soient minoritaires. Mais en même temps, le PQ retrouve une quinzaine de sièges, pour un total de 51 et Québec Solidaire fait élire un de ses porte-parole, Amir Khadir. C'est donc que l'option souverainiste n'est pas si désuète que certains le disent. Comme l'a si bien affirmé Mme Marois, "c'est la preuve que le Parti Québécois n'est pas le parti d'une génération".

Maintenant, j'ai bien hâte de voir le chemin que choisira M. Charest et ce qu'il adviendra de l'ADQ sans son chef. Le parti "d'un seul homme" peut-il survivre sans son homme? Jean Charest va-t-il ignorer les partis d'opposition comme il avait l'habitude de le faire lorsqu'il était majoritaire à l'assemblée nationale? Ou, au contraire, va-t-il les écouter et travailler sur un plan économique avec Mme Marois? C'est à suivre... mais qu'il s'occupe au moins d'économie, parce qu'il se le fera reprocher. On ne déclenche pas d'élections avec le slogan "L'économie d'abord, OUI" pour ensuite jeter le sujet aux oubliettes.

De la part d'un premier ministre qui dit clairement que les députés du Bloc Québécois ne sont pas de vrais députés et n'ont pas la même valeur que les autres, je ne m'attendais pas à autre chose.
Pour finir, j'aimerais dire un mot sur la crise politique qui a lieu présentement à Ottawa. Personnellement, l'idée d'une coalition me séduit. D'abord, parce qu'elle viendrait remplacer Harper au pouvoir, ce qui ne peut qu'être bon pour le Canada. Ensuite, parce que je suis curieux. Qu'une coalition obtienne les rênes du pays serait sans précédent, j'aimerais bien voir ce que cela peut donner. Et à mes yeux, la prorogation demandée par le gouvernement conservateur est un terrible affront à la démocratie. Fuir un vote de confiance n'a jamais été démocratique. Mais je ne suis pas vraiment surpris. De la part d'un premier ministre qui dit clairement que les députés du Bloc Québécois ne sont pas de vrais députés et n'ont pas la même valeur que les autres, je ne m'attendais pas à autre chose. Autant dire que je n'ai aucun respect envers cet homme et son parti.

Alors voilà, j'ai remis mon chapeau de modeste citoyen. Espérons que les politiciens de l'heure ne me donneront pas envie de le retirer!

Publié dans Politique et société

Commenter cet article