Droits bafoués

Publié le par Maxime Jobin

Ce billet fait partie de la série Élections 2008 - Non à Harper!

À plusieurs occasions durant l'année, il a été question chez les conservateurs de recommencer le débat sur le droit à l'avortement pour les femmes, un acquis depuis 1969. Le projet de loi C-484 mettrait d'ailleurs en péril les droits des femmes en donnant au fœtus un statut de personne. Bien sûr, nous nous entendons tous pour dire que l'avortement ne doit pas être une solution à la grossesse imprévue, mais plutôt une alternative de dernier recours. Néanmoins, mener à terme une grossesse non désirée peut dans certaines situations être très dangereux pour la femme et/ou pour l'enfant. De plus, nous savons que, dans le passé, lorsque l'avortement était illégal, cela n'empêchait pas les femmes de se faire avorter, quitte à s'avorter elles-mêmes en causant souvent leur propre mort. Il serait ridicule de revenir en arrière à ce point.

Une autre loi a également failli être reconsidérée. Il s'agit de la loi légalisant le mariage entre deux conjoints de même sexe. Malgré qu'il s'agisse d'une grande avancée pour le Canada - car les homosexuels sont aussi des personnes qui ont les mêmes droits que tous les autres - le gouvernement Harper déclarait que cette loi avait été adoptée contre l'avis général de la population canadienne, à cause de l'appui du bloc lors du vote de la loi. En d'autres mots, il disait que la voix des Québécois ne comptait pas autant que celle des Canadiens anglais. Et on se rappelle que les conservateurs ont « reconnu » la nation québécoise...

Voyez dans deux jours La priorité aux riches pétrolières et à la guerre. Pour voir les billets précédents sur le sujet, consultez la section Politique et société de ce blogue.

Publié dans Politique et société

Commenter cet article