Compter jusqu'à cent

Publié le par Maxime Jobin

Livre québécois
Auteure
: Mélanie Gélinas
Note : 8.5/10
Parution : 2008
Nombre de pages : 335 pages

Commentaire 

«La veille, c'était encore l'amnésie. Anaïs vivait en parfait silence avec le passé avant que cette spectaculaire image d'effondrement ne vienne gratter à la porte, comme un chien abandonné, sur le seuil de l'oubli.» Ce jour là, Anaïs s'effondre sous le souvenir d'un ancien attentat. La neige de ce soir d'hiver se remet à tomber, à voiler l'univers qu'elle s'est créée pour survivre. Alors commence l'histoire qu'elle nous raconte, à nous le Lecteur témoin, celle de la déchirure et de la plaie causées par un Bourreau qu'elle ne reverra plus jamais. Le récit d'un viol impossible à révéler sans crier, d'une quête vers un pardon qui ne peut être accordé. Vers un désir trop difficile à atteindre. Un besoin d'écriture de ce qui ne peut l'être et une intouchable relation d'amour avec un New Yorkais. Le Bourreau lui a dit « Compte jusqu'à cent ». Tout en abandonnant parfois sa voix pour écouter celle qui lui dit comment survivre de l'intérieur et lui fait noircir ses calepins, Anaïs cherchera à vaincre et à briser le silence, pour enfin pouvoir cesser de compter jusqu'à cent.

Comme prélude, Mélanie Gélinas écrit : « Voilà pourquoi nous, romanciers, devons nous appliquer à faire de la fiction; pour révéler la vérité à ceux que nous ne connaissons pas et la cacher aux autres, qui pourraient se reconnaître. » Lorsque j'ai lu cette phrase, le mot « romanciers » m'a tout de suite sauté au visage : l'auteure se déclarait romancière dès son premier livre. Une telle confiance m'a plu et j'avais hâte de voir si elle relèverait le défi. J'ai été très heureux de constater que, non seulement elle relevait le défi, mais qu'elle dépassait de loin mes attentes par rapport à son œuvre! Compter jusqu'à cent est un roman ficelé avec brio. Bien qu'au début le chaos provoqué par l'absence de tout repère - et par des chapitres sans liens apparents les uns avec les autres - puisse faire peur, on comprend rapidement que ces cassures et ce désordre sont nécessaires. En effet, il ne pouvait y avoir de meilleure façon de décrire l'état du personnage qui, après 10 ans, se rappelle cette soirée d'hiver où elle fut violée. Le rythme très rapide - parfois quelques lignes seulement pour un chapitre - créé également une ambiance qui permet au lecteur de sentir toute la panique et le désarroi d'Anaïs, cette femme qui compte jusqu'à cent - cent chapitres - pour survivre.

De pages en pages, on comprend que rien n'est laissé au hasard dans les écrits de Mélanie Gélinas. Celle-ci maîtrise telle une alchimiste la formule qu'elle a composée pour réussir à « écrire l'impossible ». Des concepts psychologiques très profond, comme le parallèle qu'elle fait entre l'abandon de sa mère et l'abandon de son violeur ou encore la double-personnalité du personnage principal - cette Anaïs qui n'est pas vraiment elle - en font une œuvre très complexe, mais surtout très riche et très captivante. Néanmoins, avis à ceux qui aiment que tout finisse bien, sachez que ce n'est pas le cas ici. Compter jusqu'à cent n'est pas un roman qui fait du bien, mais un roman qui fonce à cent à l'heure vers son lecteur.

Petit aparté, le récit de Mélanie Gélinas se termine sur une postface dans laquelle l'auteure explique sa démarche et nous éclaire sur la mince ligne qui existe entre la vie du personnage Anaïs et elle-même. Je crois que, bien que cela n'était pas essentiel, c'est un bonus fort intéressant, car il nous donne la vision de la créatrice sur sa création, vision qui n'est pas nécessairement toujours celle du lecteur.

Une chose est sûr, Compter jusqu'à cent, ce n'est pas «l'histoire d'un chien qui meurt à la fin». C'est plutôt l'histoire d'une lutte pour un pardon impossible, une histoire de courage. Un récit que l'on voudrait pure fiction, mais dont chaque mot nous ramène avec force à la réalité.

Quatrième de couverture

«Le matin du 11 septembre 2001, Anaïs ressent l'onde de choc des tours jumelles qui s'effondrent jusque dans ses chairs. L'ampleur de la catastrophe se fait l'écho d'un crime oublié, survenu dix ans auparavant. Resurgit alors une décennie passée sous le signe de la survivance et quantité de questions qui n'en sont en fait qu'une seule : que vaut la reconstruction d'une vie sans envisager le pardon?

Dans l'ébranlement sans mesure dans lequel les attentats la plongent, Anaïs se rappelle donc les vieux écueils de son enfance, et aussi la cicatrice d'un terrible secret. Il n'y avait que le pire pour faire renaître son corps de ses cendres... »

Citations

" - Excuse me, but there's a bug in your bag..
- What?
- There is a bug in your bag!"

" Pour la première fois depuis dix ans, un grand papillon avait battu des ailes dans son ventre."

" Entrer dans ce vestibule, c'était comme entrer en hiver, l'été sous le bras."

" L'écriture, comme une perle d'ivoire suspendue au fil du destin, se préparait à céder."

"La difficulté d'écrire la vérité est aussi lourde à porter qu'un bijou ancestral."

"Et j'ai vu demain comme un écran vide, comme une page blanche, comme un parterre maculé d'un néant aussi sombre qu'un papier noirci de rien."

"La mort est la seule épreuve qui guérit toutes les autres."

"C'était comme si «je» en elle n'existait plus; Anaïs reposait dans son enveloppe corporelle comme dans un cercueil."

"Le corps est une écritoire poreuse. Il retient toutes les histoires que l'on a pu y inscrire."

"Mon bourreau est toujours dans l'angle mort quand je jette un œil à gauche le soir. Il fait de l'ombre le jour à tous les hommes et à toutes les femmes que je rencontre. Il pèse sur tous les enfants qui me touchent."

"Dans un équilibre vacillant, sur la nouvelle neige d'une page blanche."

"L'écriture, ce n'est pas de la peinture à numéro."

"Écrire, c'est cherché le livre en soi."
______________________________________________________
Cette critique est aussi publiée sur La Recrue du mois, blogue qui, tous les 15 du mois, fait découvrir le premier roman d'un auteur québécois! Allez y lire les autres critiques de ce livre!

Publié dans Lecture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jules 16/08/2008 01:57

Tu es un critique impressionnant pour ton si jeune âge! ;)

Maxime Jobin 16/08/2008 02:17


Mon dieu merci, moi qui trouvait que cette critique était la moins bonne de toutes celles que j'ai faites, je suis bien heureux d'entendre cela!


Caro[line] 15/08/2008 13:16

Voilà une fort belle critique de ce roman !

Personnellement, j'ai été un peu déstabilisée par le chaos des chapitres que tu évoques et puis un déclic et tout s'est imbriqué pour m'emporter jusqu'à ce centième chapitre.

Un auteur à suivre, c'est sûr !

Maxime Jobin 15/08/2008 22:46


Merci! Je vais lire la tienne de ce pas!