La File

Publié le par Maxime Jobin

 «Je ne suis pas de » celles « qui clouent des oiseaux aux érables, mais j'en ai une folle envie. » Comme je peux aussi avoir envie de me promener en robe taffeta en plein centre-ville ou de coller des billets de cinq dollars sur les feuilles d'un arbre, juste pour la beauté de l'ironie. Ou des gaufres, pour l'image. Mais ça, ce n'est pas moi. Non. Moi, je suis la ligne comme une funambule. Une funambule qui aimerait tant perdre pied et ouvrir les yeux vers le ciel, les os en bouilli, mais bien vivante.

Mais être vivante, je n'y arrive pas. Le carcan de la société s'est intégré en moi. Je suis possédée d'idées absurdes telle l'importance d'être parfaite en tout temps, un véritable boulet de l'esprit et du corps. La performance, toujours, plus vite et mieux. Je suis une zombie, je participe à la longue procédure de la vie construite par mes prédécesseurs et qui consiste en une longue file où tout le monde se suit à la queue leu-leu. Un monde où le moindre faux pas provoque l'hystérie générale et où le plus petit cil de travers se voit coupé, blanchi, reteint et allongé à sa taille réglementaire. Je fais partie de cet univers par défaut. Je suis né dans une case et je n'ai pas le droit d'en sortir.

Pourtant, je sais que je m'illusionne. Je sais que ce devoir n'existe pas, qu'il n'est qu'une invention de l'imaginaire collectif. Je pourrais sortir de la File et contempler toutes les possibilités qui s'offrent à moi, toutes les couleurs et les pensées nouvelles. J'ai le pouvoir de dire non à tout cela, de retenir la main de celui qui, derrière moi dans la File, agrippe violemment mon menton pour m'empêcher de voir, m'empêcher de dévier des autres, replaçant ma tête, bien droite, dans l'angle de tous les autres, lorsque j'ose regarder du coin de l'œil autre chose que la ligne infinie formée par notre grande chaîne humaine.

Je pourrais, si j'en avais le courage, me lever un matin et étendre un truc rempli de sucre et de cholestérol sur ma "toast" et ainsi faire honte à toute ma famille en défiant la tradition ultime de ne surtout pas vivre pleinement, de se contrôler, de contrôler la vie et ses substituts. Il me serait également possible de ramener chez moi, chaque nuit, un homme rencontré par hasard dans un bar, d'en faire le compte dans un calepin et d'en rire, parce que c'est tellement futile mais si amusant. Je pourrais dormir dans un vrai lit de bois, dehors, au beau milieu de la terrasse du voisin. Je pourrais me faire livrer 401 fleurs de lys pour le 400ème de Québec et en remplir le moindre recoin de l'appartement de Richard, mon ami fédéraliste d'Outremont. Chanter avec ma voix de démone, me coucher tard, ne jamais avoir d'enfants, ignorer les appels de ma mère, me creuser un trou dans le divan et ne plus en sortir avant la fin de l'hiver. Je pourrais arrêter de détester l'hiver.

Sauf que le courage n'est pas sur ma liste. Chaque matin, je me fais la même réflexion, assise dans mon lit, la tête sous l'oreiller. Je sais très bien que, défaite comme à chaque réveil, je vais refouler tout jusqu'au lendemain, même heure, où, trop lucide, je réfléchirai de nouveau à sortir de la File. Pourtant, je préfèrerai encore appuyer sur "Snooze", plutôt que d'exploser l'appareil nuisible avec la carabine de mon grand-père et d'enfin embrasser mon vrai destin, celui que personne n'a tracé à ma place. Je choisirai le café au lieu de la vodka, le beurre léger au lieu du Nutella.

Et dès que je mettrai un pas à l'extérieur de chez moi, j'entrerai de nouveau dans la File. Je vous saluerai, vous ferez de même, ce sera normal. Ce sera éternellement normal.

Ce texte provient d'un exercice de 5 minutes fait en cours de Littérature Québécoise : écrire une histoire à partir d'une phrase. Cette phrase provient de J. Godbout. 

Publié dans Écriture

Commenter cet article

helenablue 01/06/2009 17:50

Je pense comme toi Maxime, le juste milieu, l'équilibre entre passion et raison.
Ce texte est vraiment superbement écrit et très vivant ,oui.
Amitiés.
Blue

Maxime Jobin 02/06/2009 01:46


Merci :-)


valérie 04/11/2008 17:34

ton texte m'a émue et ton style est "bien vivant " , reste le sujet , je suis , "moi", de celles , qui ont quitté la file et souvent j'admire les gens capables de vivre à l'intérieur du monde , parceque j'ai rompu , à mes yeux les héros sont ceux qui se lévent tous les matins pour aller pourvoir aux besoins de leur famille ...
bien à toi

Maxime Jobin 04/11/2008 17:58


Je pense qu'il y a un juste milieu à atteindre. ;) Merci pour ton commentaire!