La mort de Mignonne et autres histoires

Publié le par Maxime Jobin

Livre québécois
Auteure
: Marie Hélène Poitras
Note : 8/10
Parution : 2007
Nombre de pages : 187 pages

Commentaire 

Marie Hélène Poitras, auteure de nouvelle génération, nous offre un recueil de nouvelles flamboyantes. Son écriture crue et directe et son style moderne portent d'une manière très réaliste les sentiments, la haine, l'angoisse et les peurs causés par le mal de vivre de notre époque, thème récurrent à travers le livre. Car Marie Hélène Poitras c'est ça, c'est la réalité pure et dure peinte par une fiction subtile et convaincante. C'est l'amour droguée et la passion alcoolique, la beauté et la laideur.

La mort de Mignonne et autres histoires m'a surpris et m'a fait découvrir une auteure québécoise qui vaut la peine d'être lue. Je conseil particulièrement ce livre à ceux qui aiment lire de petits bouts d'histoires le matin avant d'aller travailler ou le soir avant de poser leur tête sur l'oreiller.

Synopsis

« Après Soudain le Minotaure (Prix Anne-Hébert 2003), Marie Hélène Poitras livre douze histoires mettant en scène des personnages au bord de la désillusion, tous à la recherche d'une sorte de grâce, que seuls les plus chanceux atteignent. Bestiaire sombre, gonflé d'une énergie proche de celle de l'adolescence, La mort de Mignonne et autres histoires trouve son équilibre entre brutalité et candeur, fébrilité et fatalité. Car dans ces univers, la lumière finit toujours par s'infiltrer, dût-elle s'échapper d'une lézarde ou entrer par une fenêtre sale. Entre prose américaine et poésie d'Enfants du paradis, l'écriture de Marie Hélène Poitras révèle ces moments de détresse douce ou enrageante, ces instants affolants où les contours du rêve se déchirent au contact de la réalité. Douze histoires délicates pleines de bêtes, de désir et d'humanité.»

Citations


"Les flashs des appareils cliquetaient en une véritable fusillade de lumières, et Gemma eut une brève pensée pour les perséides d'août."

"Tu utilises le verbe aimer d'une curieuse façon, à l'impératif, deuxième personne du singulier[...]"

"Quelqu'un pourrait-il me renseigner ? Je voudrais savoir quand, à quel moment, il y eut ce glissement, cette alchimie castratrice qui imposa un rapport maniaque et névrotique à la réalité, comme si celle-ci faisait office de testament de vérité, de jugement ultime, de preuve de bonne volonté. "

"Ne pas lui dire, lui cacher ces choses encore un peu, ne pas lui apprendre que le désir arrache tout [...] Qu'on s'attache à ceux qui nous repoussent et qu'on rejete ceux qui s'approchent. [...] Qu'à vingt-cinq ans on en a quarante, que les enfants qui naissent désexualisent les corps, et qu'en cette ère du Botox, le défi consiste à rester désirable le plus longtemps possible pour baiser - mal - avec des gens que nous n'aimerons pas, tout en fantasmant sur quelqu'un qui n'est pas plus en mesure d'aimer."


Publié dans Lecture

Commenter cet article