Choir

Publié le par Maxime Jobin

Je n’étais moi aussi qu’un autre personnage qui apprenait à tomber …», à travers tous les autres de ce monde trop réel. Je trébuchais, en avais chaque fois le souffle coupé, et jamais je ne me relevais. De mon abysse, je chutais encore plus profondément, et alors que je croyais avoir atteint le sol charbonneux du centre de la terre, que les bruits de voitures fumantes et les murmures étaient presque inaudibles, que tout était mort et noir et que l’odeur des racines pourries et de l’eau rance embrumait mes pensées, je tombais. Ma vie n’était pas un extrait de livre de fiction, elle était réelle, et la réalité me faisait peur, me dégoûtait. Je n’étais pas un personnage de roman. Me battre contre la réalité était tout simplement au dessus de mes forces : sur un trottoir, je m’affalais de tout mon long dans une flaque d’eau alors que j’aurais voulu être glissé à travers les mots d’un conte.

Ce texte provient d'un exercice de 5 minutes fait en cours de Littérature Québécoise : écrire une histoire à partir d'une phrase. Cette phrase est tirée du recueil de nouvelles La mort de Mignonne et autres histoires de Marie-Hélène Poitras.
 

Publié dans Écriture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Élise 14/03/2008 02:50

La dernière phrase est renversante et 5 minutes c'est peu pour écrire ainsi! Bravo...

une plume qui ecrit 01/02/2008 22:55

Nouveau concours en ligne jusqu'au 17 Février 2008
un écrivain qui écrit
http://uneplumequiecrit.over-blog.org/