Le « Nous » de Pauline Marois

Publié le par Maxime Jobin

Ces dernières semaines, j'ai entendu et lu des propos sur ce fameux "Nous" que Mme Marois a choisi d'adopter dans ses discours. Le Nous québécois. Certains comprennent le réel sens de ce mot, d'autres l'écorchent et l'utilisent pour faire dire au parti québécois des choses qu'il ne pense pas. Toutes ces querelles absurdes m'ont interpellés et j'aimerais amener mon point de vue sur le sujet, en utilisant un article de la Presse de cette semaine, soit Nous et eux de Lysiane Gagnon (6 septembre).

Dans son texte, Mme Gagnon déclare :

"Pauline Marois devrait peut-être emprunter les manuels de grammaire de ses enfants. Elle y réapprendrait le sens des pronoms. Notamment le sens du pronom «nous», qui désigne (voir le Petit Robert) «un groupe auquel celui qui parle appartient».   

D'où il s'ensuit qu'en toute logique, il y a des individus qui ne font pas partie du groupe, et qu'on désignerait par «eux» ou «ils». Pardon pour la lapalissade, mais si tout le monde faisait partie du groupe, il n'y aurait pas de groupe. Il n'y aurait qu'un grand tout indistinct. Autrement dit, il ne peut pas y avoir de «nous» inclusif, cela serait un oxymoron.


Mme Marois, sans le dire explicitement, tentait de retourner à la source même du mouvement indépendantiste, qui repose effectivement sur l'existence d'une nation canadienne-française, ou, si l'on préfère, de la nation québécoise de vieille souche française. Mais elle allait vite déraper sous le feu des questions des reporters. La minorité anglophone? Elle fait partie du «nous»! «Tout le monde est 'nous'«, dit-elle, «tous ceux qui vivent au Québec sont 'nous'«.

Et Mme Marois de retourner bien vite à l'orthodoxie actuelle du PQ, en confondant le groupe dont elle parlait plus haut et dont elle évoquait en filigrane les 400 ans d'histoire, et «la majorité francophone», un terme qui englobe aussi bien les immigrés rwandais ou maghrébins, qui sont des francophones. Eux aussi font donc partie du «nous»? Mais alors pourquoi avoir mis l'emphase, serait-ce à mots couverts, sur la vieille nation canadienne-française, si elle ne voulait parler que de l'ensemble des habitants du Québec?
"

L'auteure de ce sophisme possède une très bonne logique mais ne sait malheureusement pas l'appliquer. Il existe en effet des gens désignés par "eux", puisqu'on parle de "nous". Mais le Nous définit les québécois face aux canadiens et non pas les québécois de souche face aux "autres québécois". Là est l'erreur que j'ai souvent vue et qui a menée aux incongruités de ces deux dernières semaines à propos d'un Nous dont les "nouveaux-québécois" seraient supposément exclus. La chef du parti québécois croit comme la plupart des souverainistes que les immigrants qui viennent vivent au Québec sont de vrais québécois, d'où le nous inclusif. Peut-être pas inclusif grammaticalement, mais bien inclusif au vrai sens (parce qu'il y a autre chose que la grammaire dans la vie), c'est-à-dire socialement.

Se battre pour le Québec et pour les québécois, peu importe si c'est pour mener à un pays distinct ou pas, c'est se battre pour le Nous de Pauline Marois.
Pourquoi alors mettre l'emphase sur "la vieille nation canadienne-française" nous dites vous. Je croyais que c'était clair, il semble que non. La réponse est simple : les québécois de souche sont le fondement du Nous des souverainistes. Ils sont le noyau, car c'est par eux que passe l'histoire du Québec et les valeurs québécoises. Ceci dit, cela n'empêche pas les québécois non de souche de profiter de l'idéologie de la souveraineté et de promouvoir les valeurs du Québec. Ils ne peuvent que faire parti du nous. Mais parce que l'histoire du combat pour un pays passe par cette "vielle" nation québécoise, il est important de parler d'elle comme d'une partie importante du Nous québécois.

"On touche ici au dilemme épineux du mouvement souverainiste, né de l'humiliation des Canadiens-français d'il y a 40 ans. Le nationalisme ethnique, avec la survie de la langue, était le grand élément mobilisateur. L'humiliation n'est plus, et la langue est sauvée. À notre époque et dans le contexte contemporain du Québec, le nationalisme ethnique n'a plus de raison d'être. Cependant, le nationalisme civique, fondé sur le territoire plutôt que sur une histoire nationale, est un concept froid et désarticulé."

Soit, Mme Gagnon, vous avez mal compris la souveraineté, soit vous êtes réellement de mauvaise foi. Je réfère mes lecteurs à un article sur les fondements de notre combat de nos jours qui exprime exactement ce pourquoi  "dans le contexte contemporain du Québec" la souveraineté à sa place : Pourquoi la souveraineté? (J'aimerais également faire un aparté pour proposer cet article à l'auteur du texte De quel «nous» parle-t-on? publié dans La Presse du 1er septembre, Jean-François Marcoux. Sa dernière phrase "Pourquoi être Canadien empêcherait-il d'être aussi Québécois?" me force à réagir. Il trouvera réponse à cette question dans mon billet, en particulier aux points 4, 5, 7 et 8.)

Pauline Marois utilise simplement le Nous pour marquer plus clairement les incontestables différences qui nous séparent des autres canadiens. Il n'y a rien ni personne qui met à part les immigrants québécois, sauf peut-être certains journalistes qui semble en décider ainsi à la place de la chef du PQ en manipulant ses dires.

Le Nous est symbole du combat québécois pour une liberté de gouverner selon nos valeurs québécoises, fort différentes de celles des canadiens du reste du Canada.

Le Nous c'est les québécois qui veulent ou non le pays, car nous habitons tous dans la même société et nous vivons tous les mêmes réalités québécoises. Se battre pour le Québec et pour les québécois, peu importe si c'est pour mener à un pays distinct ou pas, c'est se battre pour le Nous de Pauline Marois.

C'est aussi simple que ça.

Publié dans Politique et société

Commenter cet article