Jour 10 - Sur le balcon de la fenêtre

Publié le par Maxime Jobin

Distance parcourue : 20 km
Trajet : De Los Arcos à Viana

Los Arcos, Sansol, Torres del Rio, puis notre destination : Viana. Durant le trajet, pendant environ 20 minutes, un homme a joué avec un instrument à bouche de la musique celte. C’était saisissant et enivrant et il égaya notre marche à tous. Puis j’ai rencontré un groupe de 8 ou 9 français. J’ai parlé avec deux d’entre eux de la blessure de Méli et du chemin. Pendant ce temps, Méli attendait la bus, pendant plus de 4 heures, car nous sommes dimanche et il n’y a pas de bus le matin le dimanche en Espagne comme nous l’avons apprit aujourd’hui.

C’est vraiment dommage qu’elle se soit blessée, beaucoup pour elle, mais pour nous aussi, car maintenant, une fois au refuge, nous ne pouvons plus partir à pied pour visiter la ville dans laquelle nous nous trouvons. Nous ne pouvons plus non plus aller au marché ensemble pour choisir nos repas, ce qui était un moment spécial pour nous de la journée. J’ai peur qu’à force le voyage devienne monotone. Parce que le seul moment excitant de la journée, c’est la marche sur le chemin et c’est seulement moi qui en profite. De plus, c’est bien marcher seul, c’est toujours beau, mais cela peut devenir long.

J’adore tout de même être ici. Présentement, je suis assis sur le mini balcon de fenêtre à paravent de notre dortoir. C’est magnifique et je sais que je ne retrouverai cela nulle part ailleurs par la suite. J’apprécie le moment. Dehors, le temps s’assombrit pour la première fois depuis le début du chemin. J’espère qu’il ne va pas pleuvoir demain.

Nous sommes dimanche et nous venons d’apprendre à nos dépens que les marchés sont fermés. Il semble que le dimanche, peu de choses se passent en Espagne. Nous mangeons donc notre restant de spaghetti et le repas de survie – lasagne – de Mélissa. À mon grand étonnement, ce fut bon.

Pendant que j’écris, à côté de moi, Méli lit mon livre. Elle a eu tellement de temps, qu’elle est déjà rendu plus loin que moi. J’ai eu peur aujourd’hui de ne pas la retrouver, car, à cause de l’imprévue du dimanche, elle est arrivée après moi à l’auberge. Je me demande comment elle se sent. Elle m’a avoué être rendue au stade de la colère concernant ses genoux. Espérons que sa blessure guérira vite, bien que je n’aie très peu d’espoir qu’elle puisse marcher à nouveau avec moi avant la fin.

Voilà, maintenant il pleut. Faites que toute la pluie tombe cette nuit et qu’il n’en reste plus pour demain!

Bon, je vais aller soigner une ampoule qui s’est formée entre deux de mes orteils. Heureusement, elle ne fait pas mal et elle est déjà percée.

Qu’il fait chaud!

Avec du recul

Je n’aurai plus d’ampoule du voyage, et celle qui se forma ce jour là ne fera jamais mal.

En photos

Dans l'ordre de présentation :
(1) Je part assez tôt ce matin là pour prendre en photo un magnifique levé de soleil.
(2) Le chemin, en asphalte pour ce bout là.
(3) Un petit abri en pierre pour les pèlerins en difficulté.
(4) Notre dortoir rempli de lits à... 3 étages!

<< Jour précédent - - Jour suivant >>

Commenter cet article

martine, la pèlerine 11/02/2009 13:21

tout au long du chemin je n'ai jamais marché (ou vraiment très peu) sur le goudron. J'ai toujours choisi le chemin antique (il faut pour cela trouver le bon guide en librairie).

Maxime Jobin 11/02/2009 19:45


Oui, marcher sur le bon vieux chemin de terre aurait été apprécié, haha!