Jour 9 - Premier jour en solitaire

Publié le par Maxime Jobin

Distance parcourue : 20 km
Trajet : De Ayegui à Los Arcos

Des champs, des noyers, de la terre rouge : c’est ce que j’ai vu après avoir quitté Méli se matin à son destin de femme aux genoux blessés, après l’avoir prise dans mes bras pour la réconforter, et me réconforter moi, car en fait c’est tout ce que je peux faire.

Ayegui, Villamayor de Montjardin et finalement Los Arcos, où j’arrive à 11h30. Méli m’attend devant le refuge municipal. Nous sommes contents de nous retrouver. Ma première expérience de marche solitaire a bien été, mais je dois avouer que le temps passe plus lentement. Plus de temps pour penser par contre.

Notre après-midi fut un peu vide : Méli a lu les 100 premières pages de mon livre, j’ai continué ma lecture également et nous avons joué aux cartes. Puis, pour souper, nous avons fait frire sur la poêle des oignons, piments et champignons, légumes que nous avons mélangé avec du riz. C’était bon et différent.

Sinon, tout va bien, je n’ai pas mal aux genoux, ce qui m’étonne vraiment – je soupçonne mon bâton de marche d’y être pour quelque chose. J’ai encore un peu mal aux épaules et aux jambes, mais c’est tout à fait normal et endurable. Nous avons retrouvé nos amis français et notre amie italienne, que nous avions perdus hier. Pas de signe à l’auberge des polonais.

Nous avons également rencontré au souper un prêtre français et son ami. Le prêtre nous a expliqué la raison de son pèlerinage. Il nous a demandé ce qu’était la nôtre. Je n’y avais jamais réfléchi à fond, je n’ai donc pas trop su quoi répondre. Mais après y avoir pensé, je dirais que c’est en tout premier lieu pour vivre une expérience hors du commun. L’objectif principal est donc atteint. Ensuite, je crois que je cherche à marcher ce pèlerinage pour une question de spiritualité personnelle. Je suis à la découverte de moi-même, de mes limites, je veux redéfinir mes valeurs. Je ne répondrai pas aux questions existentielles grâce à ce voyage, mais je suis persuader qu’il m’aura permit de grandir. Je vois déjà certaines différences chez moi. Je suis plus ouvert à aller parler aux autres, ce qui m’effrayait avant. Pour faire ce pèlerinage, on peut chercher une réponse à une question. Probablement la trouveront nous. Mais avoir une question n’est pas important. C’est la réponse, le résultat final qui compte.

Sur ce, je lis et me couche. Il est 9h30.

Avec du recul

Nous nous ferons demander pourquoi nous avons fait ce pèlerinage encore plusieurs fois durant le voyage. Je répondrai ce que j’ai écrit ici.

En photos

Dans l'ordre de présentation :
(1) Paysage durant ma marche solitaire.
(2) Aux côtés d'un vignoble, des pèlerins se sont regroupés pour profiter de la fontaine de... vin! En effet, on retrouve à cette endroit une fontaire d'eau ainsi qu'une fontaine de vin.
(3) Décourageant... mais si beau! Un long champ à traverser, et ce n'est pas terminé, ça tourne et ça continue!
(4) J'arrive à Los Arcos. Des pèlerins se sont réunis devant le monastère de la ville.

<< Jour précédent - - Jour suivant >>
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

martine, la pèlerine 11/02/2009 13:17

Parfois on ne découvre notre motivation qu'à l'arrivée...
et parfois aussi on découvre des réponses à des questions que l'on ne s'est pas posées...