Jour 6 - Rencontre à l'italienne

Publié le par Maxime Jobin

Distance parcourue : 21 km
Trajet : De Larrasoaña à Cizur Menor

J’ai mal aux épaules. C’est endurable, mais j’espère que ça partira bientôt, car ça fait déjà deux jours. La journée a bien été, tellement bien qu’elle me motive à continuer. Le premier tiers de l’étape se marchait dans un paysage ressemblant à celui du Québec – en forêt de conifères-, donc moins intéressant. Le deuxième tiers, on découvrait des champs et des montagnes à couper le souffle. Au dernier tiers, nous traversions la ville de Pamplona, une des grosses villes du trajet de Compostelle, riche architecturalement Méli a vraiment apprécié cette partie du chemin et moi aussi.

Par contre, elle m’inquiète. Elle croit avoir une tendinite dans chaque genou et je pense malheureusement qu’elle a raison. Elle ne boit pas beaucoup et n’a pas de bâton de marche pour soutenir le poids de son sac, donc ses genoux prennent le choc. Il est présentement 8h00 et elle est allée se coucher. C’est très bien ainsi, ses genoux ont besoin de repos. Mais j’espère qu’elle ira mieux demain, sinon je continuerai seul la prochaine étape.

Je note qu’après 3 jours, on peut déjà voir une routine s’installer : réveil, remplissage du sac, déjeuner, départ, dîner, arrivé, douche, lavage, séchage, toilette, repos, temps libre, achat des trois prochains repas. C’est sécurisant de voir que tout n’est pas imprévus. Aussi, nous faisons de plus en plus de rencontres intéressantes et durables. Nous avons marché la moitié du chemin aujourd’hui avec Suzanna, une italienne qui parle l’anglais. Nous avons parlé de nos pays respectifs et nous avons même fait un échange : un 5$ contre un 5 €. La marche a été très plaisante avec elle. Un français, dont le nom nous est inconnu – nous devrions le lui demander – est dans les mêmes refuges que nous depuis presque le début. Il a aidé Méli avec ses genoux en lui disant de mettre de la glace et de faire de la compression sur ceux-ci. Un espagnol nous a aidé à faire notre riz du soir -  nous ne savions pas combien mettre d’eau – et Méli a prêter à une autre espagnole notre bandage pour genou (elle ne veut pas le mettre). Malheureusement, nous avons « perdu » l’italienne et nos amis polonais à Pamplona, la ville juste avant celle où nous nous sommes arrêter – Cizur Menor – car ils s’y sont arrêter pour dormir au lieu de continuer plus loin.

J’ai commencé à lire Les Coloriés. Le livre me semble bon. Je vais d’ailleurs finir mon chapitre, puis me coucher. Demain est plus dur qu’aujourd’hui, mais moins que les 2 premières journées.

Avec du recul

J’aurai mal aux épaules durant tout le chemin, mais de moins en moins, car je finirai par m’y habituer. Nous recroiserons plusieurs fois encore Suzanna et les polonais. Le français sera dans les mêmes auberges que nous pour quelques étapes encore.

Le soir, je me souviens être sorti près de l’église située sur le même terrain que l’auberge pour contempler l’horizon et penser un peu.

En photos
Dans l'ordre de présentation :
(1) Sur le chemin, vers Pamplona.
(2) Centre-ville de Pamplona.
(3) Monastère situé à côté de notre refuge. Certains pèlerins vont y dormir dû à un manque de place dans le refuge.

<< Jour précédent - - Jour suivant >>
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

martine, la pèlerine 11/02/2009 13:05

je me souviens aussi, à Pamplona, avoir eu beaucoup de mal à trouver un lit disponible... finalement, grâce au départ d'une pèlerine brésilienne qui avait abandonné en route, j'ai quand même pu ce soir là dormir dans un lit !