Ceux qui n'ont pas compris la notion de liberté

Publié le par Maxime Jobin

Ce matin, j’ai lu La Nouvelle et l’article de François Fouquet intitulé « Résumé de lectures… » m’a particulièrement interpellé. Le journaliste discourt, entre autre, des mécontentements causés par l’annonce de futures nouvelles lois de sécurité routière par la ministre des Transports, Julie Boulet, la semaine dernière. Ses mots m’ont amené à réfléchir à la pertinence des propos de ceux qui se plaignent alors qu’ils n’ont aucune raison valable de le faire.

Je m’explique. Prenons  justement l’exemple de M. Fouquet à propos de la sécurité routière. De quel droit les gens ne respectant pas les règles de sécurité sur la route se plaignent-ils? Évidemment, ils peuvent donner leur avis, nous sommes dans une société où les opinions peuvent être exprimées librement. Mais franchement, méritent-ils seulement qu’on les prenne au sérieux?

François Fouquet image très bien ce que je veux dire. Il écrit, avec sarcasme : « Non, mais… Enfreindre ainsi la liberté de conduire vite ou de parler au cellulaire de la main droite pendant qu’on prend une gorgée de café de la main gauche en écoutant de la musique assez forte pour nous empêcher d’entendre des sirènes des véhicules d’urgence, c’est pas sérieux, quand même! Et puis, bloquer les camions à 105 km/h, ça équivaut à les empêcher de gagner leur vie. Et subitement, tout le monde aura un beau-frère qui conduit bien, et n’a pourtant jamais suivi de cours… ».

Il faut savoir que les nouvelles normes de sécurité routière se résument à ceci :

  •  
  • Sanctions plus sévères pour les excès de vitesse et l’alcool au volant
  •  
  • Radars photographiques et caméras aux feux rouges
  •  
  • Interdiction du cellulaire au volant
  •  
  • Cours de conduite obligatoires
  •  
  • Installation de limiteurs de vitesse à 105 km/h sur les camions

Pour plus d’information à ce sujet,  vous pouvez lire Sécurité routière : Québec amorce un virage.

Donc, ceux qui chialent contre ces modifications au code de la route le font pour quelle raison? Ils clament l’argument de l’atteinte à leur liberté. Leur liberté de quoi ? Celle de conduire trop vite, saoul et distrait. Alors c’est qu’ils n’ont pas compris la notion de liberté.

La liberté ce n’est pas de faire ce que l’on veut, quand on le veut. Ce n’est pas non plus l’absence de contraintes. Non, en fait la liberté se résume à cela : c’est le pouvoir d’agir selon notre volonté tout en respectant les autres.

Or, à moins que je sois devenu complètement débile et illogique, il me semble que de conduire de façon dangereuse sur la route en manquant de blesser ou de tuer quelqu’un à chaque fois n’est pas très respectueux de la liberté des autres de vivre et de conduire en paix. Je ne suis pas le premier à le dire, notre propre liberté s’arrête où celle des autres commence.

J’ai également entendu des gens se lamenter sur des dizaines d’autres sujets du genre. Toujours au nom de la « liberté ». Je pense à la loi anti-tabac, qui a faite des milliers de fumeurs mécontents. « Et notre droit de fumer ? C’est une atteinte à notre liberté». Votre droit de quoi !? Je m’excuse, mais il ne s’agit pas d’un droit, mais d’un privilège qui vous as été donné au siècle dernier, alors qu’il y avait un manque de connaissance sur le sujet et sur les conséquences de la cigarette. Maintenant que l’on sait, on devrait vous laisser la « liberté » d’intoxiquer volontairement votre personne et votre entourage ? C’est encore l’ignorance du fondement même de la liberté et l’égoïsme qui vous fait parler. Et la liberté des non-fumeurs de ne pas mourir d’un cancer des poumons à 35 ans à cause de votre choix de vous tuer à petit feu, vous y avez pensé?

Tout ça pour dire que, selon moi,  les gens qui chialent sans raison valable ou sans connaître ce que signifie le mot « liberté » devraient parfois réfléchir davantage à leurs propos. Ils peuvent continuer à se plaindre, c’est leur droit. Ils ont même le droit de se sentir brimé. Mais ils devraient laisser de côté l’égoïsme et l’orgueil pour se dire que la liberté, ce n’est pas juste pour soi, c’est aussi pour les autres.

Publié dans Politique et société

Commenter cet article

charlie 29/07/2007 20:52

ton article me conviens. Je fais parti des rares qui réclame la limitation sur route et autoroute à 80 kmh. Ceci doit pas s'appliquer aux véhicule prioritaires.
Tous les autre blogage des moteurs obligatoire mécaniquement.
Qu'elle rêve.....

Sarah O'cornord 20/07/2007 18:13

Il est profondement anormal que dans notre société, un propriétaire d'un établissement privée ne puisse plus mettre un pancarte devant sa porte : Attention réserver aux fumeurs, les non fumeurs qui ont peur de la fumée secondaire, rester a l'extérieur :)

D'ailleurs je ne vois pas la différence entre ce fait et le cas d'un particulier qui décide d'inviter ses collegues â fumer le cigare dans sa maison. Ils peuvent-être 100, même 150. Ils sont présent sur une base volontaire.

Maintenant a quand l'interdiction de l'alcool? Il s'agit de ma liberté de circuler sur des routes sans imbéciles au volant. A quand l'interdiction du sexe pour controler les sédatique et autres personnes atteint de MTS qui sont irresponsable au lit ?

A quand le permis pour avoir des enfants? Quand je pense que la liberté du bambin est continuellement menacé lorsque ses parents décident de lui donner de mauvais traitements.

A quand l'interdiction des jeux video pour empêcher un jeune adolescent de se noyer l'esprit de violence. Si je suis professeur et que son comportement est agressif il brime ma liberté de faire mon travail convenablement.

Finalement il faudrait peut-être tout interdire, car la prohibition a toujours régler nos problemes :) hum hum hum.

Maxime Jobin 20/07/2007 18:50

"Il est profondement anormal que dans notre société, un propriétaire d'un établissement privée ne puisse plus mettre un pancarte devant sa porte : Attention réserver aux fumeurs, les non fumeurs qui ont peur de la fumée secondaire, rester a l'extérieur :)"Oui, ce serait en effet une bonne idée, des endroits réservés aux fumeurs. Je ne suis pas contre. Par exemple des bars de fumeurs."D'ailleurs je ne vois pas la différence entre ce fait et le cas d'un particulier qui décide d'inviter ses collegues â fumer le cigare dans sa maison. Ils peuvent-être 100, même 150. Ils sont présent sur une base volontaire."Justement, il y a une différence. Vous l'avez dit vous même : ils sont présent sur une base volontaire. Donc il n'y a pas de non-fumeur qui ne veut pas se faire empester les poumons. De plus il est chez lui. Mais si quelqu'un désir aller dans un endroit relativement public comme un restaurant, alors il a le droit de ne pas subir les conséquences de la fumée secondaire. Je n'ai jamais dit qu'un fumeur ne devrait pas avoir le droit de fumer chez lui, ce que je dis c'est qu'il n'a pas le droit de décider de faire du tord à autrui dans un endroit public."Maintenant a quand l'interdiction de l'alcool? Il s'agit de ma liberté de circuler sur des routes sans imbéciles au volant. A quand l'interdiction du sexe pour controler les sédatique et autres personnes atteint de MTS qui sont irresponsable au lit ? A quand le permis pour avoir des enfants? Quand je pense que la liberté du bambin est continuellement menacé lorsque ses parents décident de lui donner de mauvais traitements. A quand l'interdiction des jeux video pour empêcher un jeune adolescent de se noyer l'esprit de violence. Si je suis professeur et que son comportement est agressif il brime ma liberté de faire mon travail convenablement. Finalement il faudrait peut-être tout interdire, car la prohibition a toujours régler nos problemes :) hum hum hum."Vos exemples sont des sophismes. Vous dites : "Maintenant a quand l'interdiction de l'alcool? Il s'agit de ma liberté de circuler sur des routes sans imbéciles au volant. " Il serait ridicule d'interdire l'alcool à cause de la possibilité d'alcool au volant, mais nous interdisons l'alcool au volant ce qui est tout à fais acceptable. C'est exactement la même chose pour la cigarette : il serait ridicule d'interdire de fumer partout et en tout temps. Ce que nous interdisons, c'est de fumer dans les endroits publics où la fumée secondaire nuit à tout le monde. Exactement comme pour l'alcool au volant. Tous vous autres exemples sont du même type. "A quand l'interdiction des jeux video pour empêcher un jeune adolescent de se noyer l'esprit de violence." Nous n'interdisons pas les jeux vidéo, car ce serait imbécile, mais nous interdisons aux moins de 18 ans de jouer à des jeux violents (quoi que, il faut l'avouer sur ce point nous laissons à désirer).Donc, ma chère Sarah, ce qu’il faut comprendre, c’est que nous n’excluons pas la cigarette de la terre, nous prohibons la cigarette dans les endroits publics pour la santé de tous, pour notre liberté de vivre en santé, nous, les non-fumeurs. Si vous voulez fumer, on ne vous en empêche pas, faites-le chez vous! Ou encore dans des endroits de fumeurs, qui, je suis d’accord avec vous, devraient exister.

Laura Dove 20/07/2007 11:08

Merci, ça fait du bien de lire pour une fois ce genre de réaction!