Les bases de l'humanité selon Sarkozy

Publié le par Maxime Jobin

NicolasSarkozy.jpg Je ne pensais sincèrement pas m'étendre sur le sujet de M.Sarkozy, nouveau président de France, mais hier soir, lorsque je l'ai entendu dire ce qu'était les « fondements de la dignité humaine» selon lui, je n'ai pas pût en faire autrement. Il a dit, et je cite : "[Je veux] réabiliter les valeurs du travail, de l'effort, du mérite, du respect, parce que ces valeurs sont le fondement de la dignité de la personne humaine." Le respect, je veux bien, mais franchement, si les bases de la dignité humaine aujourd'hui sont, au plus profond d'elles-mêmes, liés au travail, tirez moi une balle dans la tête.

Publié dans Politique et société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Maxime Jobin 23/05/2007 19:42

Ah, si tu vois le concept de travail comme un synonyme de celui d'effort, dans ce sens je suis parfaitement d'accord avec toi, l'effort est digne car il mène à l'accomplissement.

Mais ce n'étais pas ce que Sarcozy voulait dire. Je ne sais pas si tu as suivi un peu les présidentielles 2007 de France. Probablement pas, car si tu l'aurais fait, tu aurais comprit que ce qu'il disait, c'était "travailler plus, de cette façon vous consommerez plus et la France s'en portera mieux." (je n'invente rien, il l'a dit lui-même en un langage plus sophistiqué lors du débat Royal-Sarkozy). Je ne crois pas que de détruire les gens en les faisaint toujours plus travailler, dans un but économique seulement, sans penser à eux et à leur vie puisent être défini comme "le fondement de la dignité humaine". Je suis sûr que sur ce point tu sera d'accord avec moi.

J'ajouterai ceci : le travail ne mène SURTOUT pas toujours à l'accomplissement. Le travail peut également mené à la depression si justement on s'en demande plus qu'on peut en donner.

"Et si la bombe atomique V2.0rc1 rev1.6 servait à sauver l'humanité d'un astéroide? Et si de régler la faim dans le monde causait la propagation globale du SIDA? Ça serait qui le plus digne, hein?"

Alors ça ne changerait rien, car la nature de l'accomplissement n'a pas changé.

Pier-Luc Théberge 23/05/2007 18:53

Non. Un homme des cavernes qui mourrait n'était pas nécessairement indigne. Par contre, si il mourrait par paresse, c'est, à mon avis le cas. Pour ceux qui ne sont pas en état de travailler par handicap ou déficience, vivre est un travail. Le travail, c'est un exemple d'effort, voilà tout.

Le travail mène inévitablement à l'accomplissement. Et l'accomplissement ne s'atteint pas sans travail (effort, si tu préfère).

Et si la bombe atomique V2.0rc1 rev1.6 servait à sauver l'humanité d'un astéroide? Et si de régler la faim dans le monde causait la propagation globale du SIDA? Ça serait qui le plus digne, hein?

Il faut départager le travail et ses résultats. À travail égal, dignité égale.

Maxime Jobin 23/05/2007 18:43

Et bien monsieur Théberge, il semble que vous aimez bien me contredire. :P

Je ne voit pas le lien entre la survie dont tu parle et la dignité. Selon ta logique, une homme des cavernes qui ne survivait pas était donc indigne? Et aujourd'hui, une homme qui ne travaille pas à cause d'une blessure est indigne? Peut-être ma tu mal compris.

Non, je suis désolé, mais les fondements de la dignité humaine sont, à mon avis, plutôt l'honnêteté, le respect (évidemment, je ne peux qu'être d'accord sur ce point avec Sarkozy) et l'accomplissement. Évidemment, l'accomplissement peut se faire par le travail, mais ce n'est pas le travail qui rend digne un individu mon cher, c'est la nature de l'accomplissement (qui peut facilement apsser apr autre chose que le travail), car entre quelqu'un qui invente la bombe atomique version 2.0 au travail et celui qui trouve comment régler la faim dans le monde, lequel est le plus digne?

Selon toi, les deux? Ils travaillent tous les deux tu sais.

Je te laisse réfléchir à ça. :P

Pier-Luc Théberge 23/05/2007 03:54

Depuis que l'Homme est Homme, et depuis que le vivant est vivant, la survie provient d'une éternelle lutte pour la survie. C'est en quelque sorte le prédécesseur du travail, tel que nous le voyons de nos jours. Notre travail égale notre subsistance.

La survie vient directement avec la dignité, je crois.

Tu veux que je m'habille en rouge demain, histoire que ça soit moins salissant?